Projet né d’une commande à l’ENSASE de la mairie de Saint-Genest-Lerpt, commune voisine à la ville de Saint-Étienne pour imaginer un centre civique sur une parcelle à l’abandon. Le projet se situe sur la frontière de la ville. Un site dans «l’entre», entre paysage urbain et végétal, entre ville et parc, entre deux communes. L’intention est de traiter la frontière dans son épaisseur pour faire lien dans «l’entre» à l’échelle du territoire jusqu’à celle de la parcelle.

Territoire entre ville et campagne, il tire ses spécificités de sa topographie vallonnée, offrant des points de vue, percées visuelles, des creux, des surélévations, des repères, des parcours séquencés, à l’oblique. En échos à ces caractéristiques, le projet s’inspire de la théorie de «l’Espace oblique» de Claude Parent en expérimentant les qualités architecturales de l’oblique. Cette posture permet au projet de suivre la topographie du terrain en pente avec un dénivelé conséquent
tout en offrant un espace public. L’espace public fait lien entre la ville en surplomb et le parc en creux, l’édifice qui accueille le programme se niche dessous en suivant les mouvements du sol.

À l'oblique

Projet d’étude, 2014, Saint-Etienne
Centre civique & espace public
ENSASE, Semestre 7
Dynamiques Architecturales & Urbaines