Ailleurs

les folies stéphanoises 

Projet d’étude urbaine, 2016, Saint-Etienne
ENSASE, UJM, ESADSE, Master Espace Public
En collaboration avec Thomas Frémaux & Léo-Pol Martin

cartographies

A travers cette recherche nous avons posé la question de "l'ailleurs" sur le territoire stéphanois. Quelles ressources pour s'évader, partir dans un autre univers ? Nous avons décidé de nous focaliser sur les ressources internes à la ville, accessibles à pied, à 5 minutes du centre-ville. Conscients que le territoire possède de nombreuses richesses dans ses abords, l'enjeu était de révéler les espaces singuliers, -connus ou méconnus- de Saint-Etienne. Où peut-on être ailleurs en ville ? 

Nous nous sommes intéressés à la bordure de ville ouest et à ses parcs limitrophes. Territoire en surplomb par rapport à la ville, il constitue tout d'abord un ailleurs visuel, et perçu, présent en arrière plan à chaque recoin du centre-ville. Riche en histoire, c'est aussi un ailleurs temporel, avec ses traces minières, ses crassiers et ses jardins ouvriers. les habitants y projettent un imaginaire. 

En arpentant le terrain d'étude, entre creux et surélévations, entre paysage urbain et rural. La ville semble loin. L'élévation du corps et du regard au dessus des bâtiments et du fourmillement quotidien nous donne l'illusion d'être "en-dehors". Territoire archipel, fait de fragments, de traces, nous avons identifiés les espaces singuliers qui le constituent par la cartographie.  

Saint-Etienne, souvent nommée "ville parc", nous nous sommes  demandés ce que devenait ce territoire archipel, ces fragments "d'ailleurs", ces parcs, si la ville elle-même en était un. C'est ainsi que nous avons imaginés qu'ils pouvaient en être les Folies.