Au vu de l’échelle monumentale du projet, la stratégie a été de créer des systèmes de régénération plutôt que des formes bâties figées. Deux processus cycliques ont été mis en place de manière transversale sur les trois sites, pour une régénération du quartier par sa production et ses ressources. Le premier a pour objectif de valoriser les déchets et de les considérer comme une véritable ressource. Les démolitions liées au projet et l’activité de garage très spécifique à ce quartier (nbr de garage au km² le plus élevé de toute les villes européenne) génèrent une masse immense de déchets. L’utiliser comme ressource et activité productive du quartier, permettra un retour à l’emploi, de redonner une activité à l’usine Saint-Louis aujourd’hui à l’abandon et également de faciliter l’apport de matière pour la reconstruction du quartier, la réhabilitation des habitats insalubres, et d’encourager et développer l’activité de garage sur site par le tri, stockage et réparation de pièces mécaniques. Le deuxième permet d’initier une pratique agricole de la ville, dans un premier temps une dépollution du sol sur les anciens sites industriels et délaissés urbains par phytoremédiation. La dépollution et la fertilisation de la terre permet la mise en place de pépinière et potagers pour des espaces publics ombragés, et le rétablissement d’écosystème par un développement des trames bleues et vertes. Les plantations d’arbres permettent ensuite de revégétaliser à plus long terme le quartier, ses espaces publics et privé. Les potagers pourront assurer une autonomie agricole du quartier et alimenter marchés et commerces locaux. Ces deux processus sont ensuite accompagnés de programmes complémentaires, comme des équipements culturels et logements afin de consolider les dynamiques mises en place. Le projet global est échelonné dans le temps. Nous avons déterminé trois temps du projet, le court terme définit qu’est-ce qui est essentiel pour donner aux sites la force de se réactiver et d’installer une dynamique régénératrice, le temps 02 est l’activation de la ressourcerie, et autres équipements permettant d’appuyer et renforcer les dynamiques déjà en place, le dernier temps est une vision à très long terme, un des scénarios de développement possible, parmi mille autres, suite aux deux premiers temps.